La couleur NOIRE

Le noir est considéré comme une couleur ; si l'on considère la synthèse additive (superposition de faisceaux lumineux monochromatiques). Le noir est au contraire une absence de couleur, si l'on considère la synthèse soustractive.

un chat noir : porte-malheur ?

La peur du noir est universelle.

En astrophysique, un trou noir est un objet massif dont le champ gravitationnel est si intense qu’il empêche toute forme de matière ou de rayonnement de s’en échapper. De tels objets n’émettent donc pas de lumière et sont alors noirs. Il existe plusieurs sortes de trous noirs. Lorsqu’ils se forment à la suite de l’effondrement gravitationnel d’une étoile, on parle de trou noir stellaire. Quand on les trouve au centre des galaxies, ils ont une masse pouvant aller jusqu’à plusieurs milliards de masses solaires et on parle alors de trou noir super-massif (ou trou noir galactique).

Le sombre c’est la pesanteur matérielle et la part obscure de l’âme de chacun d’entre nous.

En Afrique, la couleur noir est riche de féconde contradiction :

  • chez les Kongo d’Afrique central, le noir évoque l’antisocial, le mal, la sorcellerie, la mort.
  • Pour les Haoussa au Nigéria, un cœur noir caractérise l’homme en colère, l’ennemi, le fourbe, un ventre noir est un homme triste.
  • L’obscurité protège le chasseur et permet à l’individu de se cacher de la menace en échappant au regard des sorciers jeteur de sorts.
  • Les teintes sombres peuvent incarner la maturité, celle de la peau adulte et celle des fruits pleins de leur graine. Au Soudan, les Uruk qualifient un fruit très mûr de noir.
  • Le noir est la couleur des nuage apportant pluie et humidité féconde.
  • En Egypte, le noir est également la couleur du monde funéraire t de la momification, Anubis qui veille les défunts est incarné par un chacal noir.

Dans l’Inde ancienne, les couleurs sombres sont réservés au castes inférieures. La couleur noir évoque l’inertie, l’impureté, la bassesse, le malheur et la mort. Les teintes sombres sont fréquemment utilisées dans la magie : on cerne les yeux des enfants de khôl noir pour les préserver des maléfices, on verse un peu de charbon dans le lait afin de repousser les forces du mal qui sont attirer par sa blancheur pure.

La Chine associe la couleur noire aux reins, à l’eau, à l’hiver, à la direction du nord, cette couleur évoque le désordre nécessaire à l’apparition de la vie.

Dans la cour du Japon au dixième siècle, arborer des vêtements noirs ou sombres était considéré comme portant malheur, seules les personnes qui souhaitent se mettre en marge de la cour osaient le faire.

En Nouvelle-Guinée, chez les Yafar, les teintes sombres évoquent l’état de croissance, de force et d’éveil, tandis que, pour l’ethnie Umeda, elles correspondent à l’ultime étape e la vie (moisson séchée, vieillesse).

En Occident, dans la culture chrétienne, le noir de la nuit renvoie à la mort et au passage vers a résurrection.

Au cours du seizième siècle, en Occident , le noir commence à devenir la couleur obligatoire d’un deuil.
Aujourd’hui avec les progrès fait en teinturerie pour obtenir des noirs parfaits, cette couleur incarne pour la bourgeoisie du dix-neuvième siècle l’illustration de l’élégance. De nos jours encore, les habits de soirée avec le smoking et la petite robe noire en témoignent.