Le temple Shaolin en Chine

La tradition orale chinoise raconte que l'ordre Shaolin date d'environ 540 après J.C. C'est Bodhidharma (Ta Mo ou Da Mo en Chinois), un prêtre indien bouddhiste, qui est à l'origine de ce nouveau courant de pensée. Il avait effectué un long périple depuis l'Inde jusqu'à la Chine pour y enseigner le Bouddhisme et y rencontrer l'Empereur à ce sujet.

la recherche du Nirvana par la maitrise du corps

La recherche du Nirvana

A cette époque, l'Empereur, cherchant son chemin pour le Nirvana, avait chargé les premiers moines bouddhistes de traduire les textes du Sanscrit en chinois. Bodhidharma le désapprouva. Le point de vue de Bodhidharma était que vous ne pouvez atteindre ce but à travers les bonnes actions des autres, même si celles-ci sont effectuées en votre nom. A partir de ce moment l'Empereur et Bodhidharma coupèrent les ponts. Mais ce dernier voyagea à proximité du temple bouddhiste pour rencontrer les moines qui traduisaient les textes.

Un temple avait été construit quelques années auparavant sur les restes d'une forêt incendiée. Au moment de sa construction, les gardes de l'Empereur avaient planté de nouveaux arbres. C'est pourquoi le temple fût appelé le Temple de la "Jeune Forêt" (Shaolin en Mandarin ou Sil Lum en Cantonais).

Quand Bodhidharma arriva au Temple, on lui refusa l'entrée, pensant qu'il s'agissait là d'un parvenu ou d'un membre officieux d'un monastère étranger. Rejeté par les moines, Bodhidharma alla dans une caverne toute proche où il médita jusqu'à ce que les moines reconnurent sa prouesse religieuse et l'admirent. A ce sujet, on raconte qu'il perça un trou à travers une paroi de la caverne à force de la fixer. La légende dit aussi, qu'un jour, alors qu'il faillit s'endormir, il décida de se couper les paupières pour que ce genre de situation ne se reproduise plus. Les paupières ainsi tombées au sol donnèrent alors naissance à un arbre sacré en Chine : le théier (avec ses feuilles en forme de paupière).

Quand Bodhidharma rejoignit les moines, il remarqua qu'ils n'étaient pas en bonnes conditions physiques. Et pour cause, ils passaient la plupart de leur temps affalés sur des tables à transcrire des manuscrits. Les moines Shaolin manquaient d'endurance physique et mentale nécessaire à la pratique des plus basiques exercices de méditation bouddhiste. Bodhidharma enraya bientôt cette faiblesse en leur enseignant toute une série de mouvements corporels destinés à la fois à développer leur Ch'i et leur force physique. Ces exercices adaptés de yogas indiens étaient basés sur les mouvements de dix huit des animaux de l'iconographie indochinoise. Ce fût les premiers fondements du Kung-Fu Shaolin.