TMS : le nombre grandit de 20% par an.

Les Troubles Musculo-Squelettiques présentent plusieurs formes d’atteintes et concernent toutes les articulations et particulièrement le cou, les épaules, les extrémités des membres supérieurs et le dos. La répétitivité ne doit pas être perçue comme un facteur de risque.

le dos est très touché dans les troubles de la posture.

La réponse ergonomique est organisée en 3 étapes :

La prévention des TMS permet non seulement de réduire un risque de pathologie professionnelle mais conduit à améliorer la qualité de vie au travail des opérateurs ainsi que la qualité des produits.

Les générateurs de TMS sont paticulièrement considérés, il s'agit de :

  • la posture et leurs facteurs biomécaniques : geste, force, amplitude,
  • le stress intensifie les résistances biomécaniques sur les articulations,
  • Les facteurs subjectifs exprimant une souffrance sociale et psychique,
  • L’environnement et ses ambiances physiques,
  • Les formes des outils induisent une qualité de posture.

MOBILISER

Motiver l'entreprise avec sa direction est une nécessité absolue.
La méthode préconisée pour cette démarche repose sur un modèle participatif qui doit s'intégrer au fonctionnement de l'entreprise.

INVESTIGUER

Récolter les données sur la santé des salariés et celle de l'entreprise.

MAÎTRISER LE RISQUE

Il peut être nécessaire d'agir à différents niveaux de l'entreprise car un problème de TMS sur un poste peut trouver son origine bien en amont de ce poste.

Les contraintes de travail peuvent être réduites en agissant sur le poste de travail, l’environnement de travail, l'organisation de la production et du travail, la conception des outils.