La ville de Quimper

Quimper, par son dénivellé élevé à l'est - sa voie express et ses constructions urbaines, est une ville où la maman a, dans la famille, un rôle important ; la présence d'eau au sud-ouest de la ville (rivière Odet) renforce cette notion de micro-société matriarcale.

Le ROI GRADLON est le symbole de Quimper. Perché à 40 mètres de haut, entre les flèches de la cathédrale Saint Corentin, le Roi Gradlon se dresse fièrement sur son cheval Morvac'h. Passager des étoiles, le roi légendaire embrasse son pays et couve ses ouailles. Gradlon, roi de Cornouaille, avait auparavant comme capital la ville d'Ys. Etincelante avec ses toits d'or, la ville entourée d'eau était protégée par des remparts et des écluses dont le roi gardait toujours les clés sur lui. Le roi avait une fille, Dahut, belle, blonde et peu sage. Un jour, celle-ci déroba les clés de la ville pour plaire à son nouvel amant qui les lui demandait. L'homme, habillé de rouge et qui n'était autre que le diable, ouvrit les écluses. La mer s'engouffra dans la ville. Saint-Guénolé, conseiller du roi, lui enjoignit de fuir et d'abandonner aux flots déchaînés celle par qui le malheur était arrivé. Le coeur brisé, le roi s'exécuta et s'installa à Quimper. Quimper, histoire d'une ville, d'un port, d'une cathédrale. Située sur la rivière de l'Odet, au fond d'une ria d'une vingtaine de kilomètres, Quimper a toujours été un site abrité et un lieu de passage. Dès la conquête romaine, s'implante au bord de l'Odet, un peu en aval du site actuel de la ville, un petit centre urbanisé - Locmaria - autour d'un port ouvert jusqu'au monde méditerranéen. Un peu plus tard, les immigrants breton privilégient un autre centre pour leur implantation, en amont au niveau du confluent (en breton, Kemper : confluent). Au 13ème siècle, la construction de la cathédrale et les remparts structurent la ville. Au 16ème siècle, après le rattachement de la Bretagne à la France en 1532, l'arrivée d'une administration royale se traduits par la construction d'hôtels particuliers. Les 17 et 18èmes siècles voient l'arrivée de la Réforme catholique, de nombreux ordres religieux implantent dans la ville une architecture austère en pierres de tailles et des lucarnes à fronton ( prieuré de Locmaria, chapelle des jésuites). Au 19ème siècle, Quimper devient chef-lieu du département du Finistère et accueille de nombreux bâtiments administratifs tandis que des halles prennent la place de l'ancien couvent des cordeliers. L'arrivée du train en 1863 est à l'origine de la principale transformation de la ville avec la construction d'un quai qui relie la gare au port. Le 20ème siècle finalise la création du grand Quimper qui regroupe les communes de Quimper, Kerfeunteun, Ergué-Armel et Penhars. Rénovation du musée des beaux-arts, restauration de la cathédrale, ouverture du centre d'art contemporain, construction de la faculté et du théâtre de Cornouaille sont les éléments les plus marquants de sa politique de développement économique et sociale. Sources : Guide de découverte 2003 publié pour l'Office de Tourisme de Quimper en Cornouaille