Qu'est ce que l'intelligence selon le psycho-dynamicien ?

La psychodynamique analyse les processus intersubjectif qui sont mobilisé dans les situations de travail. Nous constatons que certaines situation sont dénoté comme difficile par tel opérateur et source de satisfaction par tel autre. Le travail peut être défini comme l’ensemble des activités déployées pour faire face à ce qui n’est pas donné par l’organisation prescrite du travail. A partir de cette définition, le travail peut être un malheur ou une émancipation, il peut générer le pire mais aussi rendre les gens meilleurs.

Définition de l'intelligence en psychodynamique

La psychodynamique cherche à comprendre les conditions qui rendent possible l’accès du plaisir au travail, les conditions qui permettent de transformer la souffrance en plaisir.

Selon Christophe Dejours, fondateur de la psychodynamique du travail, la souffrance au travail est le point de départ de l’intelligence au travail. L’intelligence permet à l’opérateur de trouver des solutions, des astuces qui permettront à l’opérateur de trouver du plaisir dans son activité. En ce sens, la psychodynamique du travail  peut se définir comme l’analyse de l’intelligence en action.

Christophe Dejours - fondateurs de la psychodynamique du travail

On distingue 3 formes  d’intelligence :

METIS

C’est l’intelligence du corps mis en pratique, l’intelligence rusée.

Cette forme d’intelligence ne peut s’exprimer que par la pratique. Le monde du travail est un terrain sur lequel règle l’intelligence rusée, cette forme d’intelligence est très efficace sur les terrains incertains. Cette forme d’intelligence prend de multiple visage et permet d’arriver à faire des choses avec moins d’effort.
La ruse permet d’inventer des outils très pratiques, cette intelligence  se pratique seul, elle se masque, est insaisissable par les managers parce quez échappe au contrôle.
dans le monde du travail, avoir du flair, de la sagacité savoir prévoir et être débrouillard (qualité inhérente à Métis) peut donner une supériorité par rapport aux autres.

Une partie du travail se déroule sans que se mise en actes donne lieu à une clair représentation. Le sujet est immergé dans l’action. L’activité ne se déroule par sous le contrôle stricte de l’intellect. Elle est un engagement du corps dans l’unité du rapport au monde.

 

THEMIS

C'est l'intelligence de la connaissance avec de la déduction, la logique et la rigueur.

Le mot thème en est issu, Thémis était la déesse de la loi. Seconde épouse de Zeus (après Métis), elle influence la justice à travers le groupe familial, le chef de famille s’inspirant de ses règles coutumières. Platon défendait la thémis, le savoir scientifique et les règles, formes d’intelligence contrôlables.
L’intelligence Thémis représente l’intelligence théorique. Elle repose sur l’ordre établi, les règles et la loi. Elle utilise les critères du raisonnement procédural habituel.Il y a un aspect de continuité, d’immortalité, de stabilité et de régularité qui rassure dans l’intelligence Thémis.

 

PHROENESIS

C’est la sagesse pratique liée souvent à une certaine prudence.

La phronèsis (φρόνησις en grec ancien) est une vertu développée par AristoteCette vertu de la pensée n'est pas scientifique comme la science ou la sagesse théorique mais calculative, elle est ancrée dans le monde pratique et orientée vers l'action.
L’homme prudent est celui qui est capable d'agir de façon adéquate après délibération en prenant en considération la situation sans oublier les finalités. L'homme prudent doit être apte à bien juger.
Faire preuve de phronèsis ne peut se faire en se détachant de la question de la finalité et donc de l'évaluation du bien. Cette vertu est donc pour Aristote plus que de la précaution, «c'est une intelligence devenue connaturelle de la meilleure manière de réaliser pratiquement le bien pour soi et pour les autres ».
Une capacité à réfléchir sur comment et pourquoi nous devrions agir en vu de changer les choses et en particulier à améliorer sa propre vie. Souvent cette sagesse pratique va pondérer Métis qui elle parfois peut induire des comportements excessifs (la jeunesse manque souvent de Phronésis et son intelligence s’appuie sur la réactivité de Métis).

Aristote distingue 2 valeurs de Phronésis :

  • Capacité de pensée la nature du monde (pourquoi le monde est ainsi ?)
  • Capacité à réfléchir sur comment nous devrions agir en vue de changer les choses
  •